Les anglicismes

// Cambios para SEO blarlo
Avez-vous besoin de services de traduction ?
Contactez-nous maintenant pour obtenir un devis

On se retrouve pour le brunch, puis on se fait un drink et on prendra un selfie avec mon smartphone pour l’envoyer online à ma sista, ok ? Après on fera un peu de running pour éliminer tout ça.

Cet après-midi j’ai un call à 10h00, un meeting pour brainstormer avec le team leader de ma start-up à 11h00 et un workshop à 12h00, après quoi je devrai envoyer un e-mail à mon manager pour lui transférer le BP (business plan) en cours de validation, puis je dois terminer mon post de blog.

La star et la it-girl portaient un outfit très trendy digne des plus grands podiums, et ont décidé d’immortaliser le moment en prenant un selfie en backstage avant le shooting. Bien entendu, le dress code était strictement respecté et toutes deux portaient le must-have de cette saison pour le press day.

 

Si nous pourrions tous prononcer ou comprendre ces phrases, il est probable que nos parents ou grands-parents nous demandent de bien vouloir les répéter « en français » car ils n’ont rien compris à part un mot ou deux.

En raison de la mondialisation et de l’utilisation de plus en plus courante des anglicismes dans le monde du travail, le français a commencé à intégrer des mots anglais au quotidien. À tel point que rare est le jour où nous ne tombons pas dans la tentation d’en glisser un, surtout dans le cas des entreprises technologiques ou en contact fréquent avec des étrangers, qu’il s’agisse de collaborateurs ou de clients.

Nous aimerions rappeler ici que la langue française a des termes pour la plupart des anglicismes utilisés. Il est vrai qu’un e-mail est beaucoup plus rapide à prononcer qu’un « courrier électronique », mais il est également vrai que « tendance » et trendy ont le même nombre de syllabes. Pour certains, il s’agit d’une manière d’économiser les mots, pour d’autres, d’une simple mode. Quelle qu’en soit la cause, il s’agit d’un phénomène actuel, réel et de plus en plus fréquent, qui trouve son origine dans les bureaux, puis s’est propagé dans notre quotidien pour diverses raisons.

Certes, les médias (magazines, télévision, journaux, etc.) exercent une forte influence sur la société, mais n’oublions pas le rôle joué par les personnalités influentes (ou influenceurs) d’aujourd’hui. Ce sont souvent des jeunes qui utilisent des anglicismes à tout va sur leurs chaînes YouTube et autres réseaux sociaux, probablement parce que c’est une mode, « parce que c’est comme ça que tout le monde parle, c’est trendy ». Ces personnalités ont des milliers, voire des millions, d’abonnés, il n’est donc pas étonnant que le phénomène se propage.

D’un autre côté, qui ne raconte pas sa journée de travail à ses amis ou à sa famille ? Au final, si nous sommes habitués, au travail, à parler de call, de meeting, de workshop, de brainstorming, de manager et de team leader, il est possible que nous devions expliquer ces mots à un interlocuteur non anglophone la première fois que nous les employons ; mais, la deuxième ou la troisième fois, une telle explication ne sera plus nécessaire et les termes seront intégrés dans notre connaissance partagée. Dans le fond, pourquoi chercher l’équivalent en français de concepts que nous utilisons en anglais toute la journée ? Ne nous leurrons pas : les mots qui viennent naturellement finissent par s’intégrer dans la terminologie que nous utilisons au quotidien dans le cadre d’une communication fluide. En effet, l’être humain a la particularité de s’adapter à tout type de situation, ou presque. Ainsi, peu importe à quel point nous sommes puristes, si tout notre environnement parle de brainstorming, il est fort possible que nous nous sentions « socialement exclus » si nous parlons de « remue-méninges », il en va de même, d’ailleurs, pour les accents.

Ainsi, nous sommes de fidèles défenseurs de notre langue, mais nous ne pouvons pas nier la réalité de son évolution, intimement liée à celle de notre société. Bien sûr, à ce stade, nous pourrions nous plonger dans le débat sur le langage et la pensée de Chomsky. Mais c’est une autre histoire.

Liens pertinents rédigés en espagnol :

https://www.profedeele.es/actividad/vocabulario/anglicismos/

http://www.fundeu.es/noticia/el-director-de-la-rae-dice-que-los-anglicismos-son-un-peligro-para-el-castellano-6580/

http://www.lavanguardia.com/cultura/20160525/402040856580/rae-anglicismos-spot.html

This post is also available in: Español (Espagnol) English (Anglais)