• Recent Posts
  • Recent Comments
    • Archives
      • novembre 2023
      • octobre 2023
      • septembre 2023
      • août 2023
      • juillet 2023
      • juin 2023
      • mai 2023
      • avril 2023
      • mars 2023
      • février 2023
      • janvier 2023
      • décembre 2022
      • novembre 2022
      • octobre 2022
      • septembre 2022
      • août 2022
      • juillet 2022
      • juin 2022
      • mai 2022
      • avril 2022
      • mars 2022
      • février 2022
      • décembre 2021
      • septembre 2021
      • avril 2020
      • mars 2020
      • janvier 2020
      • décembre 2019
      • novembre 2019
      • octobre 2019
      • septembre 2019
      • août 2019
      • juin 2019
      • avril 2019
      • mars 2019
      • février 2019
      • janvier 2019
      • décembre 2018
      • novembre 2018
      • octobre 2018
      • septembre 2018
      • août 2018
      • juillet 2018
      • juin 2018
      • mai 2018
      • octobre 2017
      • septembre 2017
      • juin 2017
      • mars 2017
    • Categories
      • Astuces de traduction
      • Culture et localisation
      • E-commerce
      • Entreprises
      • Non classifié(e)
      • Orthographe
      • Technologie
      • Tourisme multilingue
      • Traducteurs professionnels
      • Traduction spécialisée
    • Meta
      • Connexion
      • Entries feed
      • Comments feed
      • Site de WordPress-FR

    La traduction de la bande dessinée : conserver l’essence de l’œuvre

    La traduction de la bande dessinée : conserver l’essence de l'œuvre
    Avez-vous besoin de services de traduction ?
    Contactez-nous maintenant pour obtenir un devis

    Les agences de traduction de bandes dessinées prennent leur travail très au sérieux. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point cette discipline est complexe ! Ce type d’expression artistique présente de multiples particularités, notamment en matière de format et d’utilisation du langage. Cet article vous expliquera pourquoi il est important de confier de telles traductions à des professionnels.

    La traduction de la bande dessinée : conserver l’essence de l'œuvre

    Pourquoi est-il si difficile de traduire des bandes dessinées ?

    Contrairement à certaines croyances, la bande dessinée n’est pas qu’une affaire d’enfants. Elle suscite aujourd’hui la curiosité de millions d’adultes à travers le monde. Contrairement à l’écriture littéraire, traduire les bulles d’une bande dessinée peut devenir un véritable défi, notamment en raison de l’espace limité et de l’utilisation d’onomatopées.

    Par exemple, dans le cas d’une bande dessinée japonaise, ou manga, une phrase écrite avec 8 caractères japonais peut contenir 20 ou 25 caractères lorsqu’elle est convertie en français. En outre, dans les bandes dessinées orientales, les textes sont souvent disposés à la verticale. Comment faire tenir des phrases bien plus longues dans la même bulle, sans en dénaturer le sens ? C’est un vrai casse-tête.

    Dans les textes littéraires traditionnels, les abréviations peuvent être utilisées dans un même ouvrage, mais cela n’est pas possible dans les bandes dessinées, où l’espace est limité. Il est très courant, dans le monde de la traduction de bandes dessinées, d’utiliser des notes de bas de page pour éviter ce problème.

    L’importance de la traduction culturelle

    Le discours et l’écriture propres à un pays sont en constante évolution. Le traducteur doit absolument maîtriser sa culture pour restituer les idiomes, les régionalismes, et les formules de manière fluide. La traduction culturelle est un élément important pour adapter les textes à la terminologie du pays cible.

    En littérature, face à des expressions difficiles à traduire pour la culture cible, un professionnel est libre d’en rechercher une équivalente. Mais si un tel texte apparaît à côté d’une image qui illustre l’action du personnage, ce travail devient beaucoup plus créatif

    Particularités de ce type de traduction éditoriale

    Un autre point complexe propre à cette discipline éditoriale est la conversion des bruits ou des onomatopées en mots. Avez-vous déjà pensé à adapter le bruit d’une voiture ? Dans certains pays, il est retranscrit par « trrr », et chez nous par « vroum ». Intéressant, non ? Autre exemple : au Brésil, un éclat de rire s’écrit « kkkkkk ​​», alors qu’en France et dans les pays anglo-saxons, on optera pour « haha ».

    Notons également que les traducteurs ne travaillent pas seuls : un graphiste se charge d’intégrer le texte traduit sur la maquette. La personne chargée d’insérer les textes dans les bulles doit avoir des dispositions artistiques.

    Le monde de la bande dessinée est rempli de défis. Sa traduction nécessite des connaissances approfondies et un dévouement total. Faites toujours appel à des traducteurs professionnels!

    This post is also available in: Español (Espagnol) English (Anglais)