Quel est le processus de traduction d’un software ?

Les services de traduction doivent s’adapter aux différents secteurs dans lesquels ils travaillent, car chacun d’entre eux présente des besoins spécifiques. Un exemple est le secteur du software. Bien que les logiciels très techniques ne soient pas toujours traduits, nous avons généralement l’habitude d’utiliser nos applications favorites dans notre propre langue. Comment procède-t-on à la traduction d’un software ? Et quels en sont les avantages ?

 

1. Le processus débute avec une agence de traduction

La première chose consiste à organiser le travail. Au cours de cette première phase, l’agence de traduction contactera celle de distribution afin de sélectionner et de préparer le matériel qu’il sera nécessaire de traduire.

Dans de nombreux cas, il s’agit d’accorder la priorité à certaines parties du logiciel et d’effectuer la traduction par modules dans les mises à jour successives. Dans d’autres cas, il suffit seulement de vérifier la mise à jour et de traduire le texte qui a été inséré. C’est pourquoi la sélection du matériel est fondamentale au moment de définir la gestion des tâches et la durée du projet.

Au cours de cette phase, il faudra également choisir, le cas échéant, des lignes directrices d’enregistrement et de style. Il sera dès lors opportun de créer un guide de style et un glossaire technique. Si cela s’avère nécessaire, plusieurs répertoires seront créés, étant donné que la traduction intégrale d’un logiciel peut inclure les éléments suivants :

– Maquettes de front end ou interface d’utilisateur.

– Manuels techniques.

– Accords d’utilisation ou licences.

 

Ces documents sont-ils toujours traduits ?

Il n’est pas toujours nécessaire que la traduction contienne tous ces éléments. De nombreuses entreprises ne procèdent pas à la traduction des documents techniques ou de certaines parties du logiciel.

La réglementation européenne en vigueur exige néanmoins que les conditions générales soient rédigées dans des langues officielles. La traduction du software entraîne également une plus grande facilité d’utilisation et une augmentation des ventes.

 

2. Traduction

Une fois sélectionné le matériel et élaborées les lignes directrices qui serviront à guider l’équipe, débute le travail de traduction proprement dit. En général, un software de traduction assistée est utilisé, afin de permettre au traducteur professionnel de se libérer d’une certaine charge de travail.

Cette traduction doit être vérifiée ultérieurement. C’est généralement un traducteur de langue maternelle qui se charge du travail, afin de s’assurer que toutes les nuances reprises dans le texte aient bien été saisies. Dans le cas où le travail a été réalisé en équipe, une phase de consolidation sera ajoutée, dont l’objectif est d’unifier le projet et de le doter de cohérence.

 

3. Vérification

Les phases de révision et de consolidation ne signifient pas pour autant la fin du projet. En général, la traduction dans son ensemble devra passer par un ou plusieurs contrôles de qualité. Il est donc fréquent que certaines retouches soient encore apportées au texte avant de le renvoyer au distributeur du software.

Une fois que l’agence de traduction sera satisfaite avec le résultat de son travail, elle le transmettra au distributeur. Il ne faut pas oublier que le distributeur du software pourrait encore demander des modifications sur le produit.

En conclusion, adapter un logiciel informatique aux langues de tous ses utilisateurs potentiels est un long processus, qui se compose de différentes étapes. C’est pourquoi, si vous souhaitez obtenir un résultat optimal et être compétitif sur le marché, le mieux est de faire appel aux services de traduction d’une agence avec de l’expérience dans le domaine.

 

Spread the love

This post is also available in: Español (Espagnol) English (Anglais)